Miel BIO de O'Picouto

3,40 kg/caisse

Miel BIO de O'Picouto

3,40 kg/caisse

Achetez directement au producteur. Sans intermédiaires.
Récolte limitée et saisonnière.
Ce Farmer ne réalise pas d'envoi (pour le moment) vers le pays :  Etats Unis
Caractéristiques
Contenu de la caisse: 1 caisse contient 3.4kg de miel BIO
Race: Apis Mellifera Iberica
6 x Miel BIO Ouro Mouro (570 g, pot en verre)
Miel de fleurs de mûrier, châtaignier et bruyère : foncé, avec des reflets rouges, et un goût sucré et intense; Ce miel cristallise facilement en prenant un ton plus clair, couleur crème
Miel de chêne : nos abeilles ne fabriquent pas ce miel à partir du nectar des fleurs, mais à partir du miellat que le Quercus pyrenaica excrète; Sa couleur est noir de jais, c'est un miel moins sucré avec une forte teneur en sels minéraux et en fer
Notre miel est mis en pot cru, c'est-à-dire qu'il n'a pas été soumis à des processus industriels de réchauffage qui dégradent la qualité du miel, détruisent les enzymes et altèrent sa composition
La cristallisation est un processus naturel du miel si votre miel cristallise, pas d'inquiétude : sa texture change légèrement mais il reste toujours aussi bon; Seul le miel qui n'a pas été chauffé cristallise, c'est donc un indicateur de qualité
Pour conserver votre miel, rangez-le à température ambiante, éloigné des sources de chaleur directe
La consommation de miel est déconseillée chez les enfants de moins de 12 mois
seal icon
Défenseur de l'environnement
seal icon
Zone dépeuplée
seal icon
Sans BPA
seal icon
Agriculteur 360°
seal icon
Sans pesticide
seal icon
Sans plastique
seal icon
BIO
seal icon
Jeune agriculteur
seal icon
Petite exploitation
seal icon
Exploitation familiale
seal icon
Accepte les visites
Aroa García Morales
Bonjour à tous ! Je m'appelle Aroa García et je vais vous raconter en quelques lignes ce que je fais et ma motivation à me consacrer à l'apiculture dans le petit village où vivaient mes grands-parents. Mes parents se consacrent à l'agriculture biologique depuis plus de 20 ans. Ils ont d'ailleurs fondé le groupe Labregos DAIQUÍ en 1996, qui vise à donner une continuité à l'activisme et la préservation de l'environnement en promouvant l'agriculture biologique en Galice. Vous pouvez en savoir davantage sur cette histoire en consultant le projet de kiwis biologiques que mon père Manuel et Casimiro ont développé : Finca Reitoral de Ribadetea. Mais tout cela ne m'intéressait guère il y a quelques années et j'avais pris la décision de déménager en ville pour étudier le design graphique. J'y ai vécu quelques années en travaillant dans un studio de marketing, assez pour me rendre compte que vivre en ville n'était pas fait pour moi. Je suis alors retournée au village pour aider mes parents. Mon père a toujours eu quelques ruches pour sa propre consommation, mais la quantité de travail exigée l'empêchait de s'occuper correctement des abeilles et il a donc cessé d'en avoir. Après mon retour au village, nous avons commencé à reprendre cette tradition familiale petit à petit et avec beaucoup d'enthousiasme. Chaque année, le nombre de ruches augmentait progressivement jusqu'à ce que je puisse me consacrer à plein temps à l'apiculture. Pour moi, c'est le meilleur moyen de gagner ma vie sans abandonner mon village, de manière durable et respectueuse de l'environnement, en revenant aux origines de notre famille. Les abeilles sont fascinantes, et même si c'est un travail physique très dur, il est amusant de les observer et d'en apprendre un peu plus sur elles chaque jour. Au fil du temps, on arrive à observer les différentes « personnalités » de chaque ruche : certaines sont très amicales, d'autres très propres, d'autres sont d'authentiques guerrières... J'aime aussi beaucoup regarder leurs danses lorsqu'elles indiquent à la colonie où se trouve une source de nourriture. Je travaille dans le plus merveilleux des bureaux, où je reçois la visite de chevreuils, de sangliers, de lièvres, de renards et d'aigles qui égayent ma journée. Mon arrière-grand-père avait des ruches et mon grand-oncle a été l'un des premiers apiculteurs de la région à avoir des ruches mobiles. Traditionnellement, en Galice, la ruche consistait en un tronc creux appelé « cortizo ». Il vendait son miel aux habitants et celui-ci était considéré comme un véritable remède. Il a également été le premier de la région à posséder un extracteur à miel qu'il avait lui-même fabriqué avec un tonneau en bois et le plateau et la chaîne d'un vélo. Notre rucher est de petite taille, il ne suppose donc pas un grand impact sur le milieu naturel. Les ruches sont réparties dans un espace déclaré réserve de biosphère et dans des zones de montagne difficiles d'accès.
O'Picouto
Au cours d'une randonnée sur le flanc du sommet Aguioncha, qui est le plus haut de la région et s'élève à presque 1000 mètres d'altitude, nous avons trouvé que c'était l'endroit idéal pour les abeilles. Presque sans y réfléchir, nous avons commencé à parler avec les habitants du village pour voir si quelqu'un nous laissait installer nos ruches dans l'une de ses parcelles. Nous avons alors rencontré Domingos et après avoir parlé avec lui et sa femme Lola, ils nous ont dit qu'ils seraient ravis de redonner un usage aux terres sur lesquelles ils cultivaient des pommes de terre il y a des années. Connu sous le nom de « O Picouto de Mediodía », ce sommet est visible depuis n'importe quel point de la région qui l'entoure. Autrefois, les gens s'en servaient comme point de repère et lorsque le soleil était au sommet du pic, c'était l'heure d'arrêter de travailler et d'aller manger. C'est d'ici que lui vient son nom ('mediodía' veut dire midi) et celui de notre rucher. L'exploitation est située à une vingtaine de minutes de mon village Rairiz de Veiga, à Lobás, Calvos de Randín, au cœur du parc naturel Baixa Limia-Serra do Xurés. Elle est éloignée du petit noyau urbain et plus loin encore des grandes villes. La structure parcellaire de la zone est basée sur la petite propriété traditionnelle galicienne de terres cultivables, composée de petites exploitations qui ont été abandonnées en raison de l'exode rural et du vieillissement de la population. Cette situation est dramatique mais elle est réelle : la densité de population à Calvos de Randín est inférieure à 8 habitants par km2. Pour nous, l'apiculture biologique est le moyen idéal pour gagner notre vie dans un milieu rural de manière durable et respectueuse de l'environnement. Nos abeilles vivent entourées de végétation au milieu d'un environnement boisé. Les hivers sont froids, nous atteignons les températures les plus basses de la province, qui descendent jusqu'à -13 ºC. Cette forêt est composée de chênes (*Quercus Robur* et *Quercus Pyrenaica*), de châtaigniers, de mûriers et toutes sortes d'éricacées, de sureau, de bourdaine, *Genista Tridentata*, *Cystus Scoparius* et de nombreuses autres fleurs sauvages que nos abeilles apprécient. Elles y sont heureuses et fabriquent un miel d’exception. Nous développons une apiculture entièrement biologique, durable et respectueuse envers nos abeilles. Notre intervention la plus indispensable est d'agir contre le varroa, un acarien originaire d'Asie capable de provoquer l'effondrement de ruches entières s'il n'est pas traité au bon moment. Pour cela, nous utilisons un composé à base de substances naturelles qui ne laisse aucun résidu ni dans le miel ni dans la cire. Pour comprendre notre travail et le respect des abeilles, il faut savoir qu'elles récoltent le miel et le pollen sans s'arrêter. Elles ne pensent pas à nous et elles travaillent sans relâche pour avoir suffisamment de nourriture en réserve pour l'hiver, une période de pénurie de fleurs et d'aliments. Cependant, une ruche a beaucoup plus d'abeilles pendant les mois de floraison que pendant l'hiver, ce qui fait que les abeilles produisent un excès de miel, qui est précisément celui que nous récoltons. Nous leur laissons toujours une large quantité de miel car notre objectif n'est pas de nourrir les ruches, sauf en cas d'extrême nécessité. C'est pourquoi nous récoltons avant la fin des périodes de floraison et gardons toujours un excédent au cas où il serait nécessaire d'y avoir recours à la sortie de l'hiver. En général, nous n'intervenons pas dans le renouvellement des reines des ruches, nous les laissons décider elles-mêmes du moment idéal pour être remplacées. Et de manière évidente, nous ne leur coupons pas les ailes : si leur instinct les pousse à essaimer, nous les laissons faire. Comme vous le savez, en Galice il pleut fréquemment. À l’exploitation et dans ses environs, de petites sources d'eau se forment et s'écoulent dans des ruisseaux dans lesquels nos abeilles boivent. En été, elles peuvent consommer autour de 500 ml par ruche par jour. Actuellement, et depuis 6 ans, c'est mon père Manuel et moi-même qui participons à ce projet. Généralement, nous allons ensemble aux ruches et faisons le même travail. Mais comme il a plus de force et que moi j'ai une meilleure vue, nous nous complétons bien. Lorsque le beau temps revient, nous contrôlons les ruches pour vérifier qu'elles ont bien passé l'hiver, nous renouvelons la cire et reproduisons les colonies les plus avancées qui veulent essaimer. Nous obtenons ainsi de nouvelles colonies sans limiter l'instinct naturel de la ruche à l'essaimage. Pendant cette période, nous installons également les hausses (caisses supplémentaires dans lesquelles le miel est récolté). Pendant l'été, nous récoltons et mettons le miel en pot. Un autre travail important à effectuer est celui de maintenir les ruches propres pour éviter que la végétation empêche les abeilles d'entrer et de sortir de leurs maisons, et prévenir les risques d'incendies. Quand l'automne arrive et tout au long de l'hiver, je me consacre à préparer et réparer le matériel pour la saison suivante, et nous rendons quelques visites aux ruches pour vérifier que les tempêtes ou un animal ne les aient pas endommagées. Notre gestion des déchets est simple, nous réutilisons toute la cire issue de l'extraction du miel pour produire de nouvelles feuilles. D'autre part, nous réalisons quelques essais pour élaborer de l'hydromel et de la teinture mère de propolis.
Information technique
Adresse
O'Picouto, A Carballal, ES
Altitude
1000m
Équipe
1 femme et 1 homme
Techniques de culture
Agriculture Biologique
Foire aux questions (FAQ)
Quel est l'impact de mon achat ?
Comment ma commande voyage-t-elle ?
Quelle garantie d'achat ai-je ?
Quels sont les avantages d’acheter directement à l’agriculteur ?
version: 0.73.0_20221201_170906