Patates douces BIO de La Huerta con Sangha

2,50 kg/caisse

Patates douces BIO de La Huerta con Sangha
Achetez directement au producteur. Sans intermédiaires.
Récolte limitée et saisonnière.
Ce Farmer ne réalise pas d'envoi (pour le moment) vers le pays :  Etats Unis
Caractéristiques
Contenu de la caisse: 1 caisse contient 2.5kg de patates douces BIO
Variété: Beauregard
Beauregard : sa peau et sa chair sont orange, sa forme est allongée et elle est de taille moyenne à grande ; son goût est un mélange entre la pomme de terre, la carotte, les amandes et la châtaigne, et sa douceur est entre la carotte et la courge
Agriculture Biologique certifiée par le label européen de l'Agriculture Biologique depuis 2013
La caisse contient des patates douces supplémentaires, au cas où certains fruits auraient été endommagés
Nos plants ne sont pas des usines de clous : chaque patate douce est unique en apparence et en taille
Un kilo représente entre 2 et 6 patates douces (dans la caisse que vous recevrez, en fonction de leur taille, il y aura environ 8 fruits)
Mode de conservation : en les conservant dans un endroit frais et aéré, les fruits peuvent tenir 1 année
seal icon
Agriculteur expérimenté
seal icon
Agriculteur 360°
seal icon
Sans plastique
seal icon
BIO
seal icon
Exploitation familiale
seal icon
Accepte les visites
Sangha Dia
Je m'appelle Sangha Dia, mais à Algarrobo, on me connaît sous le nom de Dicke. Je suis né à Médina Dakar, un petit village dans la région nord du Sénégal, connue sous le nom de Louga. Là-bas, la plupart des familles travaillent la terre : les enfants font un peu de tout en fonction de leurs capacités, les femmes se consacrent principalement aux tâches ménagères bien qu'elles participent également aux travaux agricoles, et les hommes accomplissent les tâches les plus physiques. Nous cultivons pour nous nourrir et s'il y a des restes, nous les vendons pour acheter d'autres biens que nous ne pouvons pas produire. J'ai rencontré Daour, mon épouse actuelle, à 34 ans. Très vite, nous avons été parents de Fatou et Sini, et nous avons voulu une vie meilleure pour nos filles. Nous étions conscients des risques que supposait un voyage en bateau vers l'Europe, mais nous nous devions d'essayer. Normalement, les gens pensent que la partie la plus risquée de ce voyage est de traverser la « frontière de sel ». Mais avant d'arriver à cette étape, nous devons faire face à des mois de vie miséreuse au Maroc, dans mon cas huit mois, jusqu'à trouver enfin la possibilité de traverser le détroit de Gibraltar. Pendant les mois où je suis resté à Tanger, j'ai réussi à survivre grâce à la charité des habitants, car il n'y avait aucune possibilité de travail ni de logement. Ma première tentative de traverser le Détroit a été un échec, car les mafias m'ont volé tout ce que je possédais à ce moment-là. J'ai finalement atteint la côte de Barbate (Cadix) en 2004, par une très silencieuse nuit d'été. Nous avons été pris en charge par la Croix-Rouge sur la plage et je me suis retrouvé dans un camp pour immigrés clandestins pendant 21 jours. Une fois en Espagne, si l'on n'a pas de papiers, le gouvernement nous demande 3 ans de résidence dans le pays pour régulariser notre situation. Ce que l'on obtient grâce à un pré-contrat signé avec un employeur, à temps plein pendant au moins un an. Cela est pratiquement impossible pour quelqu'un qui ne connaît pas la culture ni la langue du pays et qui, en plus, n'a pas de papiers. Je me suis rendu à Algarrobo à la recherche de mon cousin Mamadú, qui m'a accueilli chez lui. Je me suis rapidement mis à travailler dans la vente ambulante de CD et DVD, ma famille avait besoin d'argent. C'est le métier le plus courant des Sénégalais qui arrivent en Espagne, mais il comporte des risques, notamment la prison. Et je m'y suis retrouvé enfermé pendant 8 mois. En sortant de prison, j'ai compris que je devais m'intégrer, apprendre l'espagnol et trouver des emplois qui m'offriraient de nouvelles opportunités. La première étape a été de m'impliquer avec l'ONG Málaga Acoge, qui offrait aux immigrés comme moi qui n'avions pas de papiers la possibilité d'obtenir des droits. C'est là-bas que j'ai rencontré Pedro, mon ami et associé. Il a toujours consacré une partie de sa vie à l'action sociale. Ses cours d'espagnol étaient bien plus que de la grammaire et du vocabulaire car dans sa façon de nous enseigner, il y avait de la compréhension, de l'empathie et un engagement pour nous aider. Je ne sais pas comment cela est arrivé, mais Pedro a décidé de faire un pas de plus pour me soutenir. Il m'a donné du travail dans son potager et il a impliqué son fils (qui s'appelle également Pedro) pour qu'une entreprise puisse m'offrir un contrat officiel qui me donnerait la possibilité d'obtenir la résidence. Après 11 ans en tant qu'immigré sans papiers, grâce à ma famille espagnole et surtout à Pedro (fils) pour sa grande connaissance et conscience de la situation dans ma région d'origine, j'ai réussi à devenir un citoyen avec des droits, un travail et un avenir pour ma famille. Ils vivent toujours au Sénégal et mon rêve est d'acquérir les connaissances et les ressources suffisantes en Espagne pour développer mes propres projets sur mes terres d'origine et ainsi parvenir à une vie meilleure dans notre pays. J'espère que vous pourrez m'accompagner dans cette aventure ! Aujourd'hui, je suis associé de Pedro (père) dans la production de patates douces et de mangues biologiques, je travaille main dans la main avec Pedro (fils) et je collabore dans les domaines de fruits tropicaux d'autres amis de la zone.
La Huerta con Sangha
Notre domaine est situé dans le lieu connu sous le nom de « Pago de Trayamar », à Canto Blanco. C'est une zone où sont traditionnellement plantés les patates douces et autres produits horticoles, qui sont cultivés pratiquement toute l'année grâce à la proximité de la mer, aux températures douces et aux nombreuses heures d'ensoleillement. Les habitants d'Algarrobo exercent des professions très variées, ce qui donne encore plus de charme à notre village : agriculture, pêche et tourisme. Il s'agit donc d'un modèle de développement diversifié, avec des nuances culturelles naissant des activités de la terre et de la mer, que nous vous conseillons de venir découvrir. À Algarrobo, tout le monde se connaît : nous sommes des personnes humbles et nous vivons comme on a toujours vécu dans le coin. Même les touristes font partie du village ! Car ce sont généralement des familles qui reviennent chaque année pendant les vacances. Bien que ce soit un environnement côtier, il a conservé son identité et la transformation urbaine a été très limitée. À seulement quelques mètres de la plage, vous trouverez des potagers de tomates, des oliveraies centenaires et des champs d'avocats et de mangues. La « Huerta con Sangha » est un projet de traditions. Les ancêtres de Pedro, mon associé, cultivent ces terres depuis toujours. Des pommes de terre, des tomates, des poivrons, des haricots et même des avocats ont été cultivés dans ce domaine ! Depuis que j'y travaille, nous produisons des patates douces, des pommes de terre et des mangues. L'une des coutumes que nous conservons est le labour avec une mule. Cette tâche est réalisée pour retirer les herbes qui font concurrence à la patate douce et équivaut à une irrigation car elle aère la terre. Pour cela, nous comptons sur l'aide de José et sa mule Red Bull, un binôme très authentique. Pour ma part, c’est grâce à un coup de chance que je suis arrivé au domaine. Après un long voyage depuis le Sénégal, Pedro (père) a croisé mon chemin et a changé ma vie pour toujours. C'était mon professeur d'espagnol à « Málaga Acoge », une ONG consacrée à apporter de l'aide aux migrants et à garantir l'accès à nos droits et devoirs en tant que citoyens. Suite à cette expérience, Pedro a décidé de m'accorder sa confiance et il m'a offert une opportunité professionnelle. Il m'a ainsi ouvert les portes à une vie digne en Europe. Mon adaptation au travail a été facile car depuis mon enfance, j'étais agriculteur dans mon pays. Très vite, un lien étroit s'est tissé entre nous qui m’a permis, avec l'aide de Pedro (fils), d'obtenir la résidence en Espagne et de devenir associé dans l'entreprise familiale. Notre domaine est alimenté par l'eau du réservoir de La Viñuela. Il nous est impossible d'utiliser les puits environnants car la mer est tellement proche qu'elle apporte du sel à l'eau. Un plant de patate douce a besoin d'environ 12 arrosages au cours de son cycle de vie. Ils tolèrent assez bien la sécheresse, ce qui est idéal pour notre climat méditerranéen. Nous arrosons au goutte à goutte car, même si c'est une plante qui a besoin de peu d'eau, il est essentiel de n'en gaspiller aucune goutte. Notre potager est certifié biologique depuis 2013 grâce à la conviction de Pedro (fils) de mettre en œuvre des méthodes de culture respectueuses de l'environnement. La plupart des tâches sont réalisées manuellement ou avec l'aide de Red Bull et nous n'utilisons pas de produits phytosanitaires de synthèse. Nous sommes trois à exécuter les tâches quotidiennes au domaine : Pedro (père), dont l'expérience en fait le meilleur conseiller, Pedro (fils), qui se charge « un peu de tout » et de la gestion des ressources, et moi-même, qui suis responsable des tâches quotidiennes au domaine. Dans les périodes les plus chargées (semis et récoltes), 4 ou 5 travailleurs supplémentaires rejoignent l'équipe. Ils sont également Sénégalais et résident à Algarrobo. Sans oublier nos fidèles partenaires : José et Red Bull. Travailler avec Pedro est un plaisir car il accorde beaucoup d’importance au respect et à l'intégration des cultures. Évidemment, tous les travailleurs ont un contrat et perçoivent un salaire juste pour leur travail, conformément à la convention collective. Pour ce qui est de la qualité de la récolte, nous sélectionnons les tubercules en observant leur peau, elle doit avoir suffisamment durci et nous veillons à ce qu'ils ne possèdent pas de trous. On peut trouver des tubercules de toutes tailles, des très petits qui pèsent à peine quelques grammes et d'autres qui atteignent presque les 2 kg. Nous donnons les restes aux fermes de la région comme nourriture pour les animaux.
Information technique
Adresse
La Huerta con Sangha, Algarrobo, ES
Altitude
20m
Équipe
3 hommes
Superficie
2,1 ha
Irrigation
Irrigation au goutte à goutte
Foire aux questions (FAQ)
Quel est l'impact de mon achat ?
Comment ma commande voyage-t-elle ?
Quelle garantie d'achat ai-je ?
Quels sont les avantages d’acheter directement à l’agriculteur ?
vs: 0.25.1