Kiwis BIO de Finca Reitoral de Ribadetea

6,00 kg/caisse

Kiwis BIO de Finca Reitoral de Ribadetea
Achetez directement au producteur. Sans intermédiaires.
Récolte limitée et saisonnière.
Ce Farmer ne réalise pas d'envoi (pour le moment) vers le pays :  Etats Unis
Caractéristiques
Contenu de la caisse: 1 caisse contient 6kg de kiwis BIO
Variété: Hayward
Kiwi vert Hayward (décembre) : fruit à pulpe verte émeraude comportant de nombreuses petites graines. En son cœur se trouve la columelle blanc crème, également comestible. Sa peau est brune et complètement recouverte de poils. Une saveur qui trouve l’équilibre parfait entre le sucré et l’acide
Récoltés à la demande, expédiés sans cire, ni traitement de conservation de la peau dans une caisse en carton sans plastique
Un kilo représente environ entre 9 et 11 fruits (dans la caisse que vous recevrez, en fonction de leur taille, il y aura environ 65 fruits)
Mode de conservation: en les conservant dans un endroit frais et aéré, les fruits peuvent tenir 4 semaines (si vous voulez les garder plus longtemps, vous pouvez les conserver au réfrigérateur)
C'est un fruit climactérique, il est récolté lorsqu'il atteint sa maturité physiologique mais il continue à évoluer après la récolte jusqu'au moment de sa consommation
Important : les fruits arrivent généralement durs, il faut donc les conserver à température ambiante jusqu'à ce qu'ils soient prêts à être consommés. Si vous recevez un fruit prêt à être consommé, vous pouvez le mettre au réfrigérateur ou le manger immédiatement
seal icon
Agriculteur expérimenté
seal icon
Agriculteur 360°
seal icon
BIO
seal icon
Petite exploitation
seal icon
Exploitation familiale
seal icon
Accepte les visites
Manuel García González
Je m’appelle Manuel García. Je suis agriculteur, écologiste actif et fondateur de DAIQUÍ. J’ai passé mon enfance en Galice et je me souviens encore des week-ends à travailler la terre avec mon père. Je pense que cela m’a sensibilisé au respect de l’environnement et a éveillé ma passion pour l’agriculture. Au cours de l’année 1981, que j’ai passée à León pour étudier la médecine vétérinaire, l’exploitation minière pour l’extraction du lignite s’est développée dans ma région natale, à Limia. En enquêtant sur les dommages environnementaux causés par ces industries, j’ai été tellement choqué, que j’ai décidé d’abandonner mes études vétérinaires à León et de fonder le Mouvement écologique de Limia (MEL) avec quelques amis. Depuis lors, notre combat pour l’environnement est devenu notre mode de vie. Ainsi, nous avons commencé à lutter contre la contamination du fleuve Lima, les concentrations de parcelles et l’assèchement des zones humides. En bref, notre objectif principal était et continue d’être la conservation de l’environnement, favorisée par le système de production traditionnel galicien, basé sur de petites parcelles de production en milieu naturel. Nous avons passé des années à protester vigoureusement, jusqu’à ce que je me rende personnellement à Bruxelles en 1992 pour exposer la situation environnementale en Galice au Parlement européen. Là, ils ont compris la gravité de l’impact environnemental que le remembrement des terres entraînerait dans de grandes exploitations. Finalement, nous avons réussi à l’enrayer dans notre commune, Rairiz de Veiga. C’est la seule commune de la zone qui s’est débarrassée des effets négatifs entraînant l’élimination totale de l’écosystème agricole traditionnel (créateur de paysage, de fertilité et de biodiversité). Cependant, mon combat pour l’environnement n’a pas occupé tout mon temps, puisque j’ai été enseignant pendant de nombreuses années. En 1988, je suis devenu enseignant remplaçant dans un projet éducatif connu dans le monde entier. Celui-ci s’appelle Benposta, Ciudad de Muchachos. Nous y avons accueilli des enfants orphelins ou dont les parents ont dû émigrer. En plus des enseignements fondamentaux, nous avons organisé des ateliers sur l’agriculture, le cinéma, le cirque, etc. Benposta est devenue la première expérience de cirque d’Espagne et la deuxième du monde. C’est justement quand j’enseignais aux jeunes de cette école le fonctionnement de l’agriculture biologique que j’ai rencontré un groupe écologiste japonais. Lors de leur visite à Benposta, ils m’ont raconté que grâce à une association de producteurs biologiques, ils distribuaient les produits de plus de 2000 agriculteurs. Je peux dire qu’ils furent l’impulsion dont j’avais besoin pour lancer le projet que nous avions en tête depuis des années, LABREGOS DAIQUÍ. LABREGOS DAIQUÍ a enfin vu le jour en 1996. Ce groupe vise à donner une continuité à l’activisme et à la lutte pour la protection de l’environnement en promouvant l’agriculture biologique en Galice. DAIQUÍ signifie « d’ici », et par ces mots, nous voulons faire connaître les produits cultivés sur nos terres et aider nos agriculteurs à obtenir des prix équitables. Au départ, j’ai concilié mon travail d’enseignant avec celui de DAIQUÍ. J’assurais la distribution quotidienne de produits frais à Madrid, Ourense et Vigo après ma journée d’enseignant. Notre idée initiale consistait à commercialiser uniquement ce qui était produit dans notre région. Cependant, notre projet s’est fait connaître en Galice, et de nombreux agriculteurs nous ont contactés pour nous demander conseil. Nous avons découvert que l’abandon des terres était dû au fait que de nombreux agriculteurs ne parvenaient pas à vendre leurs aliments. Face à cette situation, nous avons décidé d’encourager certains agriculteurs à rejoindre notre projet, en nous engageant à les conseiller et à vendre leurs produits. Cependant, nos infrastructures et la faible consommation qui existe en Galice ne nous permettent pas de vendre tous les produits de nos agriculteurs. Par conséquent, ces dernières années, nous avons fini par vendre à des grossistes dans toute l’Espagne. Pour cette raison, nous avons l’intention, à travers CrowdFarming, de proposer nos meilleurs produits aux consommateurs de toute l’Europe. Nous voulons ainsi encourager une agriculture écologique et responsable sur nos terres, ce qui serait synonyme de ruine sans la vente directe au consommateur final. Aujourd’hui, nous sommes 5 collaborateurs à temps plein au sein de Daiquí. Chus se consacre principalement à l’entrepôt et María gère toutes les questions administratives. Je bénéfie également de l’assistance de ma fille Aroa, qui se passionne pour l’écologie, la campagne et l’apiculture. Andrés se consacre principalement à l’entretien du jardin, bien qu’il travaille également dans l’entrepôt et effectue la distribution hebdomadaire de légumes à nos familles de consommateurs vivant à Ourense. Quand cela s’avère nécessaire, nous travaillons tous ensemble dans le verger ou l’entrepôt. Enfin, je me consacre à la coordination de toutes les activités (cours, visites, communication, etc.) que nous menons chez DAIQUÍ, au partenariat avec les agriculteurs collaborateurs, et bien sûr, au soin des cultures. Nous formons une entreprise familiale dans laquelle tous les travailleurs respectent les salaires fixés par les conventions collectives.
Finca Reitoral de Ribadetea
Le domaine Finca Reitoral de Ribadetea doit son nom à sa signification en galicien : « Reitoral » veut dire « Presbytère » (et c’est précisément l’église qui nous loue ce domaine) et « Riba de Tea » fait référence à une bande de terre longeant la rivière Tea. Nous sommes à Ponteareas, une petite commune de Pontevedra, province galicienne qui fut pionnière dans la culture du kiwi en 1969. Cette région, stratégiquement située entre Vigo et Pontevedra, sert de ville-dortoir pour de nombreuses personnes qui travaillent dans ces villes. C’est précisément la proximité des villes, ainsi que les bas prix des produits agricoles, qui sont à l’origine du désintérêt pour l’agriculture et de son abandon dans cette zone. Une grande partie de la population a décidé de chercher un emploi mieux rémunéré en ville. C’est pour cette raison que l’ancien locataire a quitté la ferme en 2010, jusqu’à ce que, 4 ans plus tard, nous décidions d’aider un agriculteur de la région et de nous en occuper à ses côtés. La première année, il y a eu beaucoup de travail et peu de récolte : nous avons dû réparer les structures qui soutiennent les plants, tailler et fertiliser les plants, afin que la culture retrouve sa force, sa beauté et sa productivité. L’emplacement du domaine, sur les rives de la rivière Tea, en fait un terrain privilégié pour la culture de ce merveilleux fruit. De plus, nous nous trouvons dans l’une des régions de notre pays où il pleut le plus, ce qui rend notre paysage verdoyant toute l’année. Notre conviction écologique nous a conduit à rechercher des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, et c’est ainsi que nous souhaitons prendre soin de nos kiwis. Nous contrôlons la croissance des pâturages et fertilisons nos plantes en élevant un troupeau de moutons au domaine. Ainsi, nous évitons l’érosion des sols et les fertilisons de la manière la plus naturelle qui soit. Dans notre ferme, nous ne produisons pas de déchet. Pour cela, le troupeau de moutons est notre meilleur allié, car nous lui donnons les fruits dont l’état ne nous permet pas de les vendre. De plus, les restes de taille sont broyés et incorporés au sol afin d’améliorer l’aération et de fournir un apport de matière organique. En revanche, nous sommes conscients de l’importance d’une utilisation responsable de l’eau, bien que nous nous trouvions dans l’une des régions les plus pluvieuses d’Espagne. Notre domaine dispose d’une source naturelle, dont nous stockons l’eau dans un bassin afin d’optimiser son utilisation et de pouvoir irriguer les champs pendant les mois d’été. Pour l’irrigation, nous disposons d’un système de micro-arrosage avec lequel nous fournissons environ 40 litres par plant et par jour. Pour la préparation de nos commandes, nous avons construit nous-mêmes un petit centre logistique, à base de matériaux respectueux de l’environnement et qui se fond dans le paysage. La qualité de nos matériaux permet à l’entrepôt de rester frais toute l’année, ce qui nous aide à conserver les produits. À ce jour, nous ne disposons pas d’énergies renouvelables pour alimenter nos installations.
Information technique
Adresse
Finca Reitoral de Ribadetea, Ponteareas, ES
Altitude
365 m
Équipe
2 femmes et 3 hommes
Superficie
1,5ha
Techniques de culture
Agriculture écologique
Foire aux questions (FAQ)
Quel est l'impact de mon achat ?
Comment ma commande voyage-t-elle ?
Quelle garantie d'achat ai-je ?
Quels sont les avantages d’acheter directement à l’agriculteur ?
vs: 0.25.1