Top

L’impact environnemental du transport dans la vente directe d’aliments

Le coût environnemental du transport représente 6% de l’impact total de tous les événements qui se produisent au cours du cycle de vie d’un aliment. L’événement qui génère le plus d’émissions de gaz à effet de serre est le processus de culture. Pour réduire plus drastiquement l’impact environnemental négatif de ce que nous mangeons, la variable qui devrait nous préoccuper le plus est la manière dont le produit a été cultivé et les ressources naturelles qui ont été utilisées.

L’augmentation des ventes directes d’aliments entre producteur et consommateur suscite un débat pour savoir si l’empreinte carbone de ces envois est supérieure ou inférieure à celle de la vente d’aliments par le canal de la « grande consommation » avec des intermédiaires.

Pour mesurer l’impact environnemental du transport, nous devons prendre en compte le mode de transport utilisé, la distance parcourue et le temps écoulé entre le moment où le produit est récolté et celui où il arrive chez nous. La combinaison idéale de ces trois variables fait en sorte que recevoir votre nourriture directement du producteur soit la manière la plus respectueuse de l’environnement.

Combien de temps passe-t-il entre la récolte et la livraison à domicile ?

À partir du moment où nous récoltons un aliment sur l’arbre ou sur la plante, le fruit entame une période de dégradation naturelle. Toute action que nous entreprendrons pour chercher à prolonger sa durée de vie ou son aspect esthétique générera un coût environnemental. 

Dans la chaîne alimentaire avec les intermédiaires, les produits passent par des entrepôts et des centres de distribution avant d’arriver dans les rayons des points de vente finaux. Pour que le fruit puisse résister au passage du temps et aux trajets, il est généralement récolté avant son point optimal de maturation et, en plus de cela, des moyens physiques (chambres froides) et chimiques (fongicides et cires) sont employés.

Dans la vente directe de fruits et légumes, les agriculteurs effectuent les récoltes à la demande (lorsque le consommateur a déjà passé sa commande) et les aliments partent pour leur destination le jour même. Ils ne passent pas par des chambres de maturation et aucun traitement post-récolte n’est appliqué. Cela se traduit par une réduction des délais de livraison et l’élimination de résidus sur la peau des fruits.

Acheter directement aux producteurs émet plus de CO2 que se rendre dans un supermarché ?

Faux. Si vous faites 200 km avec votre voiture pour aller acheter 5 kg de pommes de terre alors oui, le coût environnemental pour chaque kilo kg de pommes de terre sera énorme.

Cependant, si le producteur de pommes de terre reçoit suffisamment de commandes directes des consommateurs, il pourra ramasser ses pommes de terre, les emballer, coller les étiquettes avec les adresses et les remettre à un camion DHL ou UPS qui se chargera de les livrer à tous les domiciles.

Qui pollue le plus : un véhicule qui livre 100 foyers ou 100 foyers qui se rendent dans un établissement ?

En connaissant la destination du produit depuis l’origine, nous pourrons calculer l’itinéraire le plus efficace et éviter qu’il parcoure plus de kilomètres que nécessaire.

vente directe du producteur au consommateur


Quels matériaux sont utilisés pour l’emballage ?

En plus du trajet parcouru, le matériau dans lequel les aliments sont transportés a aussi son importance. Dans le cas des fruits, plusieurs emballages sont utilisés au cours de leur durée de vie : la caisse dans les champs où l’on insère la récolte, le filet en plastique qui rassemble les fruits et la caisse en carton dans laquelle ces filets sont transportés. 

Dans les ventes directes gérées par CrowdFarming, les filets en plastique sont évités. Les fruits voyagent directement dans la caisse en carton. En plus, depuis 2021, les rubans adhésifs en plastique ont été remplacés par des rubans en papier.

Conclusion

Au niveau de l’impact environnemental, la vente directe entre agriculteurs et consommateurs présente les avantages suivants par rapport à la vente avec des intermédiaires :

● Le temps entre la récolte et la consommation diminue.

● La distance parcourue par le transport est réduite : les produits sont envoyés directement au consommateur depuis l’origine, par des itinéraires de livraison efficaces, en ayant recours aux réseaux fortement développés des services de livraison de colis.

● Les traitements de conservation de la peau et les fongicides sont évités.

● La vente directe évite le gaspillage d’énergie pour maintenir les fruits dans des chambres de conservation.