Top
Juan Plasencia et Javi Tornos à la mer de Valence

Le Journal d’un FarmerHunter

Je me lève un lundi matin, plein d’entrain et d’énergie, car se rendre sur la côte valencienne pour travailler et apprendre est un privilège pour un ingénieur agronome installé à Madrid. Il est 6 h 45, le TGV quitte le quai de la gare et, une fois encore, commence une grande expérience de travail.

Pour moi, Madrilène depuis toujours, voyager à Valence signifie absorber tout le savoir possible sur la culture des agrumes. Et c’est précisément à cela que j’ai consacré une grande partie de mon voyage, en écoutant Juan analyser si les gelées avaient abîmé les oranges des différents agriculteurs chez qui nous nous sommes rendus, tels que Sergio (Jardín del Gordo), Vicente (Hort de Zefir) ou Ernesto (Casa Carlos), pour garantir que nos CrowdFarmers reçoivent les meilleurs fruits.

Cependant, la grande surprise de mon voyage a été la visite chez Riuet, pour voir la préparation de l’envoi de son riz. Comme nous le savons tous, il n’y a pas de Valence sans oranges, tout comme il n’y a pas de Valence sans riz. En entrant dans les installations, je n’ai pas pu m’empêcher d’admirer une photographie aérienne de La Albufera de Valence.

– C’est impressionnant ! – me suis-je exclamé.
– En effet. C’est comme Blasco Ibáñez le raconte dans son roman Cañas y Barro… Vous n’êtes pas Valencien, n’est-ce pas ? – m’a demandé José Ramón, un travailleur de Riuet.
– Pas du tout – ai-je répondu – je suis de Madrid, et je n’avais jamais vu La Albufera. J’ai eu un peu honte de n’être jamais venu visiter ce si bel endroit mais après tout, mieux vaut tard que jamais !

En remontant dans la voiture après avoir vérifié que l’envoi était parfaitement prêt, sans savoir si cela venait de l’esprit pédagogue de Juan, du hasard ou de l’importance de partager le KnowHow chez CrowdFarming, j’ai eu le bonheur d’entendre Juan me proposer soudainement :

– Javi, on passe par La Albufera au retour et je t’en raconte davantage sur la culture du riz ?

Après une véritable MasterClass à La Albufera à essayer de retenir tout ce que Juan m’a expliqué, me voilà de retour à Madrid et je lis Cañas y Barro en imaginant comment le travail de quelques personnes a rendu possible la culture du riz à Valence.

Juan Plasencia et Javi Tornos à la mer de Valence

Et comme, décrire ces terres et leur origine avec mes mots serait un péché en ayant ceux de Blasco Ibañez à portée de main, je vous laisse ici quelques lignes pour que vous puissiez, vous aussi, imaginer l’origine de cette merveille – Dans toute La Albufera, il n’y avait pas d’homme plus travailleur que l’oncle Tono. Il s’était mis dans la tête de devenir propriétaire, de posséder ses rizières et de ne pas vivre de la pêche comme l’oncle Paloma, qui était le plus vieux batelier de La Albufera. Et seul – car sa famille ne l’aidait que par moments, fatigués face à l’ampleur du travail – il remplissait de terre, ramenée de loin, la profonde mare offerte par une riche dame qui ne savait pas quoi en faire.

Mon intérêt soudain pour la littérature espagnole classique naît-il de ma passion pour l’agriculture, ou est-ce parce que mon 30ème anniversaire approche à grands pas et que ces choses sont liées à l’âge ?