Top
Illustration d'une assiette fendue avec la planète et la nourriture, accompagnée d'un verre et d'une fourchette

Consommer local : qu’est ce que cela signifie ?

Note: Cet article vise à diffuser des informations contrastées avec lesquelles chacun peut créer son propre avis sur le sujet que nous discutons ci-dessous.


Chez CrowdFarming nous recherchons une forme de consensus parmi nos CrowdFarmers pour identifier les variables qui doivent être prise en compte pour définir le lien entre la “consommation locale” et l’achat direct d’aliments par les consommateurs aux producteurs de la plateforme. Suite à un premier débat au sein de notre équipe avec les producteurs, nous avons abordé de nombreuses questions, tout aussi intéressantes les unes que les autres, autour de la définition du terme “local”. Nous en résumons les plus pertinentes.



Manque de concordances sur la notion du “consommer local”


Lorsque l’on parle de consommation, la majorité des cas évoquent la distance parcourue par les aliments. Chaque association ou organisme en définit ses propres limites: le Congrès des États-Unis “US Congress” l’arrête à  400 miles (644 km), le mouvement Locavore le fixe à 100 miles (161 km) et l’association Slow Food le réduit encore jusqu’à un rayon de 100km maximum. D’autres personnes en revanche, considèrent que la consommation n’est pas essentiellement liée à la distance mais au fait que le producteur ait son activité dans le même pays ou la même région que le consommateur. Les décisions d’achats dans ces cas-là peuvent aussi bien être liées à une forme de soutien professionnel ou économique envers ses compatriotes, mais également parce que le fait de partager la même nationalité que le producteur rassure davantage certains consommateurs.

Illustration d'une assiette fendue avec la planète et la nourriture, accompagnée d'un verre et d'une fourchette



Certaines affirmations ne disposent pas de preuves scientifiques


Nous devons faire attention lorsque nous affirmons que plus les producteurs sont proches plus notre consommation sera durable. La distance parcourue par nos aliments n’est pas la seule variable qui a un impact sur notre environnement. Des articles s’appuyant sur des bases scientifiques ont été publiés au cours de ces dernières années pour évaluer la relation entre “distance” et “durabilité”.


Certaines de ces études montrent que la distance parcourue par les aliments n’est pas la variable la plus pertinente en termes de consommation énergétique et que l’impact du transport du producteur au point de vente est de 4% (Environ. Sci. Technol.2008,42,10,3508-3513) sur l’impact global de la chaîne alimentaire. 



Confusion entre “circuits courts” et “consommation locale”


Les circuits courts font référence à l’achat des aliments par le consommateur directement au producteur, en évitant les intermédiaires. Pour qu’une chaîne d’approvisionnement puisse exister, il suffit seulement d’avoir un producteur et un consommateur, rien de plus. Le circuit court ou direct ne signifie pas forcément proximité territoriale.



Conditions météorologiques du lieu de production


Il semble y avoir un accord sur le fait que pour qu’un aliment soit considéré comme local, il est nécessaire que son lieu de production dispose d’un climat favorable à sa culture. Bien que l’être humain tente par tous les moyens de reproduire artificiellement les conditions pour produire n’importe quel type d’aliment n’importe où, nous avons le sentiment (que nous voulons contraster avec l’enquête ci-dessous) que le consommateur n’estime pas que les aliments soient locaux lorsqu’ils sont produits dans des endroits où les conditions climatiques ne sont pas adaptées à leur culture.

Participez à cette enquête afin de nous aider à définir les limites de la consommation locale.




I'm a “farmeneur” working for farmers in CrowdFarming and as a farmer in Naranjas del Carmen. I enjoy reading and writing about logistics and discussing its impact on food supply chain.